Un mouvement nationaliste conservateur est créé – La Presse

Aujourd’hui, dans La Presse, notre président Simon-Pierre Savard-Tremblay s’est entretenu avec le journaliste Paul Journet. En page A12.

http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-quebecoise/201301/14/01-4611008-un-mouvement-nationaliste-conservateur-est-cree.php

 

Un mouvement nationaliste conservateur est créé

Paul Journet
La Presse
Publié le 14 janvier 2013

Alors que des groupes indépendantistes demandent au Parti québécois de s’allier à Québec solidaire et Option nationale, un mouvement naît pour rappeler que la question nationale ne doit pas être confondue avec la gauche. Génération nationale veut défendre une vision plus conservatrice du nationalisme. «On ne veut pas nuire à l’unité des forces souverainistes. Nous n’y sommes pas du tout opposés. Ce qu’on dit, c’est d’être prudent avec les conditions d’une telle alliance. Le projet de pays doit être la priorité. Il ne doit pas dépendre d’une vision de gauche», dit le fondateur du groupe, Simon-Pierre Savard-Tremblay, ex-président du Forum jeunesse du Bloc québécois.

Il rappelle néanmoins qu’aux dernières élections fédérales, des gens de Québec solidaire ont préféré «la gauche fédéraliste du NPD» au Bloc québécois.

Le groupe ne sait pas s’il prendra position lors des prochaines élections. Il est composé de jeunes issus du Parti québécois, du Bloc québécois et d’Option nationale et publie son manifeste ce matin. Une soirée est organisée vendredi à Montréal dans les locaux de la Société Saint-Jean-Baptiste, avec Mathieu Bock-Côté et Djemila Benhabib. Même si ces deux penseurs partagent et inspirent même les idées du groupe, ils ne font pas partie de l’équipe fondatrice.

Génération nationale cible particulièrement les jeunes, et pas seulement les étudiants. «Les jeunes ne sont pas tous à l’université», dit M. Savard-Tremblay.

Son manifeste dit chercher une voie entre deux approches: la gauche «accommodante» et citoyenne du monde, et la droite libertarienne qui refuse les droits collectifs et l’identité nationale.

La «rhétorique de la tolérance» des «élites multiculturalistes» mènerait au «reniement de soi» et à l’acceptation de «pratiques archaïques et obscurantistes», selon le manifeste. Le groupe leur oppose une laïcité ferme. Il veut construire l’idée de nation sur l’héritage commun de la majorité francophone. «À cette nation, tous sont libres de s’y joindre s’ils saisissent les diverses implications et devoirs qui viennent avec l’adhésion», y lit-on.

Génération nationale milite aussi contre la réforme de l’éducation. Au lieu des compétences, le groupe veut valoriser les connaissances et le «dépassement de soi». Il propose aussi de mieux enseigner «l’histoire nationale», une idée qui figurait dans le programme du Parti québécois.