Gouvernement libéral à Québec: vives inquiétudes dans le milieu de l’éducation

Exit le cours d’histoire au collégial ? Suspension des rapports des chantiers découlant du sommet sur l’enseignement supérieur ? Fin du moratoire sur l’anglais intensif en 6e année ? L’arrivée des libéraux, après une courte parenthèse péquiste somme toute proactive, promet de bouleverser encore une fois le réseau de l’éducation. Sans vouloir faire nécessairement table rase, le gouvernement de Philippe Couillard souhaitera certainement s’imposer dans certains dossiers, d’ailleurs urgents en cette fin d’année scolaire. Et les attentes du milieu sont nombreuses.

Anglais intensif en 6e année. On avait déjà l’anglais en première année du primaire (2003) et l’anglais intensif en 6e année (2011), gracieuseté du gouvernement libéral de Jean Charest. À leur arrivée au pouvoir, les péquistes instaurent un moratoire sur l’implantation de l’anglais intensif en 6e année, préférant faire un état des lieux avant d’aller plus loin. Pour les enseignants, c’est LE dossier inquiétant. « C’est notre grande inquiétude », a lancé d’emblée Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ). « Ça pourrait revenir alors qu’on s’est rendu compte qu’un tel programme, ça allait dans un mur », a-t-elle ajouté. La FSE souhaite que le gouvernement brosse un réel portrait de la situation. Elle s’inquiète des heures de cours de français qui sont enlevées pour permettre ces programmes et s’interroge sur le bien-fondé d’un tel programme dans les milieux défavorisés ou auprès des enfants en difficulté. L’École nationale de l’administration publique devait déposer un rapport à ce sujet. « On n’en a pas encore entendu parler », a dit Mme Scalabrini.

Cours d’histoire au cégep et au secondaire. Le cours obligatoire d’histoire au collégial ne sera peut-être pas jeté aux oubliettes, mais il pourrait subir un report, voire une certaine refonte. Oubliez l’adoption rapide du cours, comme le souhaitait l’ex-ministre de l’Enseignement supérieur, Pierre Duchesne. Déjà, quelques jours après les élections, le plus gros syndicat d’enseignants du réseau collégial et la Fédération des cégeps plaidaient pour un report.

Si elle n’est pas contre le fait de poursuivre la réflexion, l’Association des professeurs d’histoire des collèges du Québec (APHCQ) ne peut s’empêcher de trouver « décevantes » les hésitations sur l’avenir du cours. « C’est un projet issu d’une vision du ministre Duchesne. […] Mais le ministre étant parti, sa vision part avec lui. C’est normal que le ou la future ministre ait à réfléchir et que les centrales syndicales envoient un message. Mais on tient à dire que le projet demeure pertinent », a souligné Vincent Duhaime, président de l’APHCQ.

Quant aux cours du secondaire, la présidente de la FSE se demande ce qu’il adviendra des projets-pilotes qui devaient en implanter une nouvelle version dès septembre 2014 dans des classes de 3e secondaire. « Comment le programme va être retravaillé ? Et sera-t-il testé en projet-pilote », s’est interrogée Josée Scalabrini.

Les chantiers du sommet sur l’enseignement supérieur. Outre l’indexation des droits de scolarité, le sommet de l’éducation de l’ex-ministre Pierre Duchesne avait promis de s’attaquer à certaines questions qui divisaient le milieu. Plusieurs dossiers — réseau collégial, financement universitaire, aide financière, conseil national des universités et loi-cadre — qui n’avaient pas pu être réglés ont fait l’objet de chantiers. « Il faut absolument qu’il donne suite aux travaux entamés pendant les chantiers », somme Éliane Laberge, présidente de la Fédération étudiante collégiale (FECQ). Dans le chantier sur l’offre de formation collégiale, le gouvernement devra mettre « l’épaule à la roue ». Il en va de la vitalité des régions et du réseau, croit-elle.

Promouvoir la formation continue, plus de souplesse des programmes, décentralisation… La Fédération des cégeps n’abandonnera pas les demandes qu’elle fait depuis vingt ans et qui semblent avoir été entendues dans le rapport du chantier sur le réseau collégial. « Pour nous, peu importe que ce soit le Parti québécois ou les libéraux, ça doit être fait. On ne lâchera pas le morceau », a soutenu le président-directeur général de la Fédération des cégeps, Jean Beauchesne.

Taxes et commission scolaires. Les commissions scolaires craignent les débats de structures qui pourraient signer leur arrêt de mort. Si la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) semble rassurée sur ce point — contrairement à la CAQ, le chef du Parti libéral a lui-même dit pendant la campagne qu’il ne les ferait pas disparaître —, elle l’est beaucoup moins sur les compressions budgétaires qui pourraient subvenir. Quatre ans de compressions successives totalisant 430 millions, compressions qui avaient commencé sous les libéraux, rappelle Josée Bouchard, la présidente de la FCSQ. Le cheval de bataille des libéraux étant la lutte contre la bureaucratie — Philippe Couillard veut abolir 500 postes de fonctionnaires au ministère, principalement dans les directions régionales —, Mme Bouchard rappelle qu’il n’y a plus rien à couper dans les centres administratifs des commissions scolaires. « Nos coûts de gestion sont à 4,6 %. […] Ceux qui disent qu’il y a du gras se trompent. » Elle dit « oui » à la fusion de certains territoires et administrations, mais « pas à n’importe quel prix ». Certaines commissions scolaires demandent aussi un moratoire sur la fiscalité scolaire. Un rapport d’experts sur le sujet est attendu en mai.

Maternelle 4 ans. Sous le gouvernement péquiste sortant, chacune des commissions scolaires devait implanter au moins une classe de maternelle quatre ans. Mais parce que les directives sur le nombre de places à ouvrir, les budgets alloués, etc., ont été acheminées trop tard, le tiers de ces classes n’ont pas pu voir le jour. « Nous sommes très inquiets encore une fois. On est déjà la mi-avril, et on ne connaît toujours pas les balises qui vont encadrer ces maternelles quatre ans », a indiqué la présidente de la FSE, Josée Scalabrini, qui insiste sur l’urgence du dossier. « On ne sait toujours pas où on s’en va avec ça. »

Droits de scolarité. En pleine campagne, les libéraux ont répété qu’ils ne toucheraient pas à l’indexation des droits de scolarité qu’a mise en place le gouvernement Marois. Les étudiants, qui ont livré bataille et tenu tête aux libéraux, sont sur leurs gardes. « Ce ne serait pas à leur avantage [d’augmenter les droits]. Peut-être que tout le monde n’était pas d’accord, mais les Québécois ont envoyé un message clair : ils tiennent à l’accessibilité », croit Éliane Laberge, de la FECQ. Revenir sur l’indexation réveillerait de mauvais souvenirs. « Les étudiants se sont battus, certains d’entre eux ont été en grève pendant plus de dix semaines. Évidemment qu’ils s’attendent à ce qu’on ne revienne pas sur la décision qui a été prise ».

Lisa-Marie Gervais
Via Le Devoir