Une marche pour la laïcité : un rappel de l’engagement

1012150_697051903690224_4766715938241150187_n

À un jour des élections provinciales 2014, plusieurs organisations partie prenante du Rassemblement pour la laïcité ont tenu à marquer leur participation à la marche de la laïcité qui a débuté vers 13 h 30 de la Place Émilie-Gamelin et s’est acheminée vers Place du Canada aux alentours de 15 h.

L’objectif de la marche est moins une mobilisation populaire qu’un rappel à l’engagement pris pour la laïcité, comme ont tenu à le souligner plusieurs intervenants lors de leur prise de parole. Nous comptons parmi les participants des personnalités publiques, mais aussi quelques organismes et leurs représentants, entre autres, AQNAL, PDFQ, AHQ, GN, LGBT, LPA. Les slogans scandés rappellent ceux de la grande marche pour la laïcité organisée par les Janette et du Rassemblement pour la laïcité organisée le 26 octobre 2013 et qui a réuni plus de 25 000 marcheurs. « Laïcité, égalité », « Québec laïc », « On ne recule pas, on avance, on avance », « Liberté, égalité, laïcité » ont été pour l’essentiel les slogans choisis.

À travers cette marche, les participants ont voulu donc ramener la question de la laïcité au centre des choix qui s’offrent aux électrices et aux électeurs et comme enjeu déterminant de cette élection. Éric Debroise, l’un des organisateurs de la marche, souligne précisément qu’en cette période « c’est sûr qu’on est en élection, (alors) il faut rappeler à tous les partis l’importance de la charte. Avec les mouvements prochains, on peut voir que la CAQ (…) a commencé à adopter aussi une position plus souple au niveau de la charte. Et je ne désespère pas de motiver le PLQ ou le QS de suivre justement cette charte. »

Michel Virard, président de l’Association humaniste du Québec (AHQ) voit que « Malheureusement, la laïcité a été passablement oubliée dans cette campagne (…) c’était la raison d’être de cette élection et on se retrouve avec une dispersion totale sur d’autres sujets qui n’ont absolument rien à voir. (Cette marche) c’est une tentative de la dernière chance pour redresser la situation… ».

Leila Lesbet abonde dans le même sens de Michel Virard et dénonce même la manipulation et voit, ainsi, que cette marche « est une façon de rappeler que la laïcité est quelque chose d’important. Pourquoi nous considérons qu’il faut absolument rappeler le rôle de la laïcité parce que durant toute cette campagne, Radio Canada et tout le groupe qui appartient à Desmarais n’a pas cessé une seule minute de dévoyer la laïcité et de parler de cette charte comme étant une charte raciste, xénophobe, une charte qui va exclure les Québécois de confession musulmane. Or, je le dis encore, l’Islam n’a pas imposé le voile à aucune femme et d’une, et deuxièmement, ce sont les institutions de l’État qui doivent être neutres, on ne parle pas de tous les emplois. Et rappeler la nécessité de cette charte, car il y a le retour du religieux qui est très inquiétant (…) On risque d’aller vers des dérives : exemple le Centre culturel algérien qui dans sa charte doit être neutre n’a pas respecté sa charte et a appelé les Algériens à voter pour le PLQ. Donc, il est en contravention au niveau de la loi du Québec et du Canada, donc il a contrevenu à la charte qui a permis sa création. »

Selon Leila Lesbet: «le centre culturel algérien qui dans sa charte doit être neutre n’a pas respecté sa charte et a appelé les Algériens à voter pour le PLQ. Donc, il est en contravention au niveau de la loi du Québec et du Canada…».

Akli Ourdja, co-porte-parole de l’Association québécoise des Nord-Africains pour la laïcité (AQNAL) ajoute que « cette marche est pour réaffirmer notre attachement inconditionnel à la charte de la laïcité et que cette action n’est que le prolongement de la mobilisation du 26 octobre dernier organisée par le Rassemblement pour la laïcité, aussi pour rappeler aux Québécoises et aux Québécois à faire avancer le projet de la charte. ».

Enfin, un appel au soutien au projet de charte est lancé par Simon-Pierre Savard-Tremblay, président et fondateur de Génération nationale : « Le débat sur la charte a agité le Québec pendant des mois, puis là, on voit qu’on est confronté à un choix ce lundi, c’est une élection et c’est maintenant le moment ou jamais de réaffirmer qu’il faut absolument que cette mesure (la charte) soit adoptée. ». Mourad Itim, membre actif dans la vie politico-sociale dela communauté kabyle à Montréal, ajoute « (qu’) on revient aujourd’hui pour confirmer notre position vis-à-vis de ces élections : cette marche est une marche pour la laïcité, c’est le parti québécois qui l’a proposée et elle est devenue un enjeu important. Si le Parti québécois passe ce lundi, la charte passera. »

Par Saliha Abdenbi
Via Kabyle Universel